RSS
RSS


NC16 - Romances hétérosexuelles et homosexuelles
 

Zachary Benedict Cole | Marche ou crève

 :: Gestion du personnage :: Fiche personnage :: Les poids plumes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 26 Mai - 16:01
Zachary Benedict Cole


Nom : Cole
Prénom : Zachary Benedict
Âge : 37 ans, le 21 septembre
Origines : Américano-colombien
Orientation sexuelle : S'en fout. Il court souvent après les femmes mariées et mature et n'a jamais testé les mecs.
Groupe : Professeur
Emploi : Professeur stagiaire de chimie | Encadrant du club de chimie
Dominance : Dominant. 'fin… Il s'en fout en fait.
Famille de race mêlée : Ours | Bear Oak
Animal de race mêlée : Glouton d'Amérique du Nord | Carcajou
Appellation scientifique : Gulo gulo luscus
Quelle catégorie de poids : Poids léger
 

Identité


Goûts :
Aime :
La tranquillité – L'alcool – La cocaïne – La simplicité

Aime pas :
Le bruit – La foule – La chaleur – Les complications

Zachary fait partie de ces hommes paumés, qui ont depuis longtemps cessé de croire en un hypothétique espoir dans la vie et qui ne font que survivre dans un monde où ils n'ont plus leur place, ne cherchant plus qu'un rare plaisir éphémère qui pourrait, durant quelques secondes, leur faire oublier le monde pourri dans lequel ils sont. Et pour le brun, cette lueur d'espoir, il la croise dans la bouteille qui est et restera à jamais sa meilleure amie... Ou sa pire ennemie. Commencez à boire jeune et en quantité trop importante et vous ne pourrez plus jamais vous en séparer. C'est une addiction pour Zachary et ne pas avoir sa dose de rhum ou d'un quelconque autre alcool le rend dans un état de dépendance puissant. Oui, il est alcoolique, mais c'est malheureusement la destiné de beaucoup d'enfants ayant vécu dans la misère des bas-quartiers, puis dans les horreurs des guerres de cartels. Zachary faisait malheureusement partie de ces enfants par le passé et depuis, cela le rattrape tout le temps. Et notamment par la drogue dont les rues de son enfance ont été constamment abreuvées.

Oui, cette poudre blanche que l'on fait fondre dans une cuillère à l'aide d'un briquet, avant de pouvoir se l'injecter dans les veines à l'aide d'une vieille seringue usagée et pleine de maladies... Ou bien que l'on étale sur une table et que l'on rassemble à l'aide d'une carte de crédit, avant de se l'injecter dans le nez à l'aide d'une paille. Mais ce n'est pas la seule chose qui arrive à combler la coquille vide qu'il est et qu'il sait pertinemment qu'il restera toujours à cause des traumatismes de son enfance. Le plaisir de la chair qui lui permet de réchauffer ses nuits pleines de cauchemars et l'une de ses véritables passions et il est très rare qu'il passe une nuit seul, ou même à dormir. De toute façon, il ne peut pas dormir, il n'y arrive pas. Ou lorsqu'il y arrive, c'est pour revivre les horreurs de son passé. Alors, il ne dort pas et passe ses nuits au bar, à rechercher la compagnie de n'importe qui avec qui il pourrait bien boire toute la soirée, voir même s'amuser un peu plus et ces choses-là ne sont pas rares de nos nuits.

Caractère :
Qualités :
Calme – Conciliant – Jovial – S'adapte vite

Défauts :
Drogué – Insomniaque – Déphasé – Paresseux – Névrosé

Zachary est un être qui s'adapte très vite, et à n'importe quelle situation. Et heureusement pour lui, parce que sinon il serait mort depuis déjà très longtemps. Et c'est aussi quelque chose qui lui a permis de facilement trouver du travail comme prof, même si cela n'était pas vraiment sa préoccupation première. Mais le travail l'empêche de réfléchir autant que le sexe, l'alcool ou la drogue et toute chose pouvant l'empêcher de réfléchir, est bon à prendre pour lui. Et puis, il fallait dire que son travail lui convenait parfaitement bien, même s'il est le genre de prof irresponsable et totalement à l'ouest capable de provoquer des explosions en plein cours, laisser les élèves jouer avec des produits nocifs ou leur apprendre à faire des bombes puantes… Le brun a effectivement fait tous les services, avant d'arriver où il en est actuellement et ce n'est peut-être pas encore fini. Mais généralement les gens pincent les lèvres et ne disent rien sur sa conduite irresponsable. Après tout, il est un ex-drogué en réinsertion. Et ça ternirait l'image de l'école de renvoyer le seul pauvre mec de l'établissement, à qui tout le monde aurait donné une seconde chance.

De toute façon, il est un très mauvais perdant et refuse totalement la défaite. Si jamais il échoue et qu'on le force à se retrouver devant le fait accompli, il passera sa mauvaise humeur sur toutes les personnes qui lui passeront sous la main, et ce, pour un long moment vu qu'il sera du genre à ruminer cela pendant des mois et trouvant toujours dans sa tête une excuse pour démontrer que l'erreur ne venait pas de lui. Perdre est définitivement une chose qu'il ne supporte pas, même, si devant le vainqueur, il prendra toujours des airs légers et peu affectés par sa défaite. Mais dans l'ombre, d'autres mangerons à la place de la personne qui a provoqué son échec, si cette personne est supérieure à lui. Pour lui, tous les coups sont permis pour gagner, quitte à mentir ou tricher. Deux talents dans lesquels il excelle, faisant également de lui un très bon comédien.

Et de la comédie, il en faut sur cette île de malheur. Que cela soit lorsqu'il va au bar pour jouer aux cartes et vider les poches des autres participants de leurs billets, autant qu'à l'académie où il doit se rendre pour le boulot. Parce qu'après tout, tout ce qui a été décrit plus haut, n'est que la facette d'une pièce qu'il ne laisse apercevoir qu'à de rares personnes, qui sont, pour la plupart, mortes à l'heure qu'il est. Il n'a jamais vraiment aimé les politiciens et fait donc tout pour les éviter un maximum, autant que ses supérieurs hiérarchiques. Cependant, il sait se tenir et c'est dans ces moments-là qu'il révèle réellement toute l'étendue de ses talents d'acteur. Parce qu'il ne faut pas croire, mais malgré ses airs de pirate sans foi ni loi lorsqu'il se retrouve mélangé au bas-peuple, il peut s'avérer être une personne extrêmement raffinée, ainsi que d'une politesse et d'une galanterie à toute épreuve.

Mais avant tout, Zachary reste essentiellement un être torturé par son passé qui a cherché à s'oublier le plus possible dans tout ce qui pouvait le distraire momentanément, quitte à se détruire à petit feu. Donc il avait beau être à une époque, un jeune homme manipulateur qui était prêt à tout pour survivre, même si de temps à autre, on arrive encore à voir en lui cette lueur de jeune pirate qu'il était autrefois, il n'en reste pourtant maintenant plus qu'une épave à côté de ses pompes ne pensant qu'à sa bouteille d'alcool et sa dose de cocaïne qu'il a maintenant remplacés par une dose quotidienne neuroleptiques sédatifs en comprimé, lui servant à traiter sa dépendance depuis son adolescence. Mais le problème, c'est qu'une fois qu'on est tombé dedans, on n'en ressort pas… Et parfois, il rechute dans l'enfer, se faisant des railles de coke à s'en faire saigner les narines et buvant jusqu'au coma. Parfois, il ne le contrôle pas. L'alcool beaucoup moins que la coke d'ailleurs, même s'il a tenté de trouver une alternative bien maigre dans le cannabis. Mais ses médicaments le suffisent à planer la plupart du temps.

Physique :
Biométrie :
1, 94m – 79kg – Solidement bâti – Émacié

Caractéristiques :
Cheveux noirs – Yeux bruns – Brûlé à 70%

Zachary a une stature et un port fier, dégageant un charisme pouvant très facilement influencer les plus faibles, et même étonner quelques-uns des gabarits supérieurs. Se tenant toujours très droit, il possède cependant une démarche très souple et nonchalante qui reflète beaucoup son tempérament désinvolte. Il est grand, très grand même et mesure un mètre quatre-vingt-quatorze pour soixante-dix-neuf kilos… Ce qui est, par contre, très maigre pour sa taille de géant. Il n'a pas les allures d'un colosse et on peut très clairement voir sous sa chemise un corps décharné par la maladie de la drogue, même si quelques muscles persistent à rester là, dû à son enfance dans les rues. Mais avant de vouloir le mettre à terre, il vous faudra tout de même une force bien supérieure à la sienne ou des années de pratique au combat. Les nombreuses rixes dans les bars lui ont forgé une bonne allonge et un instinct d'esquive très aiguisé, même avec une bouteille de rhum dans le nez. Bon après, s'il boit plus c'est une autre histoire...

Il possède une chevelure d'un noir de jais dont il ne s'occupe que très peu et qu'il coupe, que lorsqu'ils finissent par le gêner, que cela soit aussi bien sa vue, que dans ses mouvements, bien qu'il n'ait que rarement eu la chevelure assez longue pour que cela puisse gêner ses faits et gestes. Un jour peut-être, il finira cependant par opter pour une coiffure plus pratique que ses nombreuses mèches lui tombant sur le front et finira par se raser légèrement sur les côtés et couper le reste plus court pour avoir le front dégagé, lui donnant peut-être ainsi un air plus sévère et terrifiant, mais il n'en est pas encore là. Ses yeux, quant à eux, ont une couleur brune très particulière, car ils sont d'un marron particulièrement intense et en partie dépigmenté, qui leur donne une couleur rougeâtre et donne l'impression qu'ils ont la couleur du sang séché. Un rouge-marron bien dégueu' en somme. Les gens sont parfois gênés par ce regard droit qui se pose sur eux et le transpercent. D'autres, s'en sentent flattés, lorsqu'une lueur charmeuse vient les illuminer.  

Mais ce qui interroge le plus, c'est la couleur de sa peau. Brune. Il est peu commun en effet de voir une telle couleur de peau aussi chaude chez les Anglais et cela est bien normal. En même temps, Zachary n'est pas natif du continent européen, contrairement à la majorité de la population de l'île et il vient des îles et des continents par-delà l'occident, au sud de l’Équateur. La couleur de sa peau, tout comme celle de ses yeux et de ses cheveux lui vient de sa mère. En réalité, il est exactement son portrait, mais masculinisé et possèdent des traits plus fins, plus occidentaux qui lui viennent de son père. Il a beaucoup reçu de la culture de sa mère et les nombreux totems en plumes, cordes et parfois même queues d'animaux en sont la preuve. Il est-ce que l'on peut très aisément appeler, une curiosité exotique.

Cependant, malgré tout le charme de son allure et de son physique plus ou moins avantageux, il est un homme marqué par les souvenirs de son passé. Cela peut se voir sur le côté de gauche de son visage et qui pousse les gens à se poser quelques questions à son sujet, mais c'est réellement lorsqu'il retire ses vêtements que l'on comprend l'ampleur de la dureté de son passé. Sur son corps, on peut y apercevoir très clairement de multiples traces de brûlure qui n'ont jamais pu totalement guérir. Son corps n'est qu'une plaie cicatrisée géante, à cause d'une poutre en feu, tombée sur lui durant son enfance. Les marques sont restées et ne disparaîtront probablement jamais, tout comme les estafilades blanches lui striant les côtés ou encore les bras et les jambes, dues souvenirs de soirées mal terminées.

Le corps de Zachary raconte toute son histoire depuis qu'il a réellement appris à survivre à la vie, en commençant pas la mort de son père dans son enfance et se terminant par sa vie en tant que simple professeur dans une académie à l'apogée de son âge adulte, en passant par son adolescence au sain de la guerre des narcotrafiquants. Tous ses souvenirs resteront à jamais gravé dans sa chair et jamais il ne pourra les oublier, malgré tout le mal qu'il se donne pour cela, en se plongeant dans l'alcool qui vient peu à peu détruire son foie et le reste de son organisme. Mais si c'était la seule drogue dure qui venait faire lentement pourrir des intestins, peut-être qu'il arriverait à vivre encore une ou deux dizaines d'années… Mais les marques de piqûres qui viennent ravager le creux de son bras sont un très bon indicateur du peu de temps qui lui restera à vivre...


Histoire


Histoire :
Famille paternelle :
Thérianthrope carcajou – américain – politicien

Famille maternelle :
Thérianthrope terciopelo – colombienne – prostituée


La plupart des enfants sont nés parce que leurs parents étaient amoureux l'un de l'autre et qu'ils désiraient avoir un rejeton ensemble, qui ne serait rien qu'à eux. Ou alors par erreur, malheureux accident d'un coup d'un soir ou tout simplement même dans un couple qui ne voulaient pas d'enfant, ou du moins pas encore. Pour Caïn, ce n'est aucun de ces deux cas qui s'appliquent à lui. Sa naissance fut totalement calculée, désirée même, mais jamais lui ne fut désiré par ses parents. Ou du moins au début.

Mikael Cole était un Américain issue d'une famille particulièrement protestante, qui avait étudié aux Harvard et qui avait décidé de voyager en Amérique du Sud après avoir été diplômé. C'était un homme droit et qui faisait passer l'honneur avant tout le reste. Rosa Alvarès de Caballo était une prostituée colombienne, qui n'aspirait qu'à voir son statut social changer, pour devenir la femme d'un homme riche. Et se fut donc pour cela qu'elle jeta son dévolu sur l'anglais alors que celui-ci était venu voyager en Colombie et qu'elle réussit à tomber enceinte de lui, pour le forcer à prendre ses responsabilités et à l'épouser. Elle mit au monde à garçon, à sa plus grande déception et au bonheur de son nouveau mari que celui-ci, appela Zachary. Rosa quant à elle, lui offrit le second prénom de Benedict pour combler sa frustration de ne pas avoir eu de fille.

Ne voulant pas quitter son pays, la femme força son mari à s'y installer et à y bâtir une grande maison dans laquelle elle pourrait se prélasser, après avoir fui les bas-fonds des bidonvilles et les trafiquants qui l'avaient forcé à se prostituer. Elle n'accorda que très peu d'attention à ce fils qu'elle avait mis au monde, mais prit grand soin à ne jamais totalement l'écarter, pour faire en sorte d'entretenir l'affection que l'enfant avait pour elle et qu'ainsi, il lui reste fidèle. Après tout, il lui avait été utile une fois, alors il pouvait très bien le redevenir à nouveau. Et c'est ainsi que le jeune Zachary passa les premières années de sa vie, élevé par une nourrice, mais recherchant constamment l'attention de sa mère, qui de temps à autre la lui donnait et ce qui suffisait à son bonheur. Son père était très peu présent, car il retournait régulièrement aux États-Unis pour son travail. Mais quand il revenait, il accordait à son fils tout l'amour dont il était capable.

Puis le patriarche de la famille réussit à se faire muter en Colombie, d'abord en tant qu’ambassadeur, puis réussissant à gravir de nouveaux échelons au sein du gouvernement. Ce fut un bonheur pour le jeune garçon, qui allait pouvoir voir son père beaucoup plus souvent. Puis la lutte antidrogue fut décrétée par le gouvernement, soutenue par les États-Unis. Et la guerre entre le gouvernement et les narcotrafiquants commença. Et ce fut le début de la fin de la vie paisible et de l'innocence qui habitait encore les yeux d'enfant de Zachary. Son père fut assassiné par ceux qui avaient la main-mise sur la cocaïne du pays et ils brûlèrent sa maison, avec l'enfant et sa mère dedans. Rosa réussit à s'en sortir indemne, mais son fils fut grièvement brûlé sur près de 70 % de la surface de son corps. Il fut transporté et sauvé de justesse à l’hôpital, mais on lui annonça que même si ses chairs venaient un jour à guérir, elles garderaient à jamais les marques de cette vendetta.

Sa mère et lui perdirent tout ce qu'ils avaient après ça. Et ils finirent à la rue. Rosa se prostitua de nouveau pour pouvoir gagner sa vie et Zachary se mit à voler. Il n'avait que 11ans à cette époque. Et il n'en a eu que guère plus, lorsqu'il vola les mauvaises personnes et qu'il se retrouva mêlé aux affaires des narcotrafiquants. On le passa à tabac pour son affront. Puis finalement, ils décidèrent de le garder. Après tout, un gamin, c'était toujours utile. Et Zachary commença à travailler pour eux, servant d'abord de messager entre cartels, puis également de mule pour la coke. Il fut même parfois utilisé pour attirer certaines personnes dans des endroits isolés pour qu'ils tombent dans une embuscade et se fassent tous descendre. Il commença également à vendre la drogue, à des gens aussi miséreux que lui. Il chercha une fois d'en tirer profit, mais il se fit très vite tabasser par des gars bien plus vieux et lui étant supérieur dans la hiérarchie pour avoir fait ça.


Et il commença lui-même à sombrer dans l'enfer de la cocaïne. Et celui de l'alcool aussi. Après tout, quand des mecs âgés de plus de 30 ans te proposent sans arrêt de boire un coup avec eux, rien que pour voir ta gueule de gamin tirer la grimace pour la brûlure de l'alcool, petit à petit, on finit vite par y prendre goût. Et ne plus s'en passer. Et la vie continuait son cours autour de l'enfant qui devenait adolescent, errant dans les rues à proposer sa came ou à jouer les appâts pour que les narcotrafiquants puissent descendre le plus de flics possible. Jusqu'à ce qu'il se fasse un jour attraper par les forces armées et qu'il ne se fasse incarcérer. La vie dans une prison colombienne est dure, surtout pour un gamin de 15 ans qui s'est retrouvé là que parce qu'il avait croisé le chemin des mauvaises personnes. Mais tout le monde s'en foutait.

Sauf ce vieux flic, un thérianthrope fila brasileiro, qui semblait avoir déjà vécu toute sa vie et qui maintenant, était blasé toutes les choses qui pouvaient arriver en ce monde. Et lorsqu'il croisait le regard de cet enfant à moitié brûlé à travers les barreaux de sa cellule, il reconnaissait exactement ce même regard. Mais lui avait toute la vie encore devant lui et encore plein d'expériences à faire. Cette guerre de la drogue à laquelle on l'avait forcé à participer, l'avait fait vieillir trop vite. Puis on finit par découvrir qu'il était le fils de Mikael Cole, l'un des hommes qui avaient mis en place la politique antidrogue et qui avait été l'un des premiers à mourir dans cette guerre. La mère de l'enfant était morte également, il y avait quelques mois, prise dans une rixe entre les trafiquants et la police. Elle avait reçu une balle perdue. Elle était morte sur le coup.

L'enfant n'était autre qu'un orphelin parmi tant d'autres et ce vieil homme proche de la retraite, qui le regardait à travers ses barreaux, se dit que cela ne serait pas plus mal s'il l'adoptait. Au moins pourrait-il peut-être aider et sauver une jeune âme de toute cette pourriture dans laquelle il vivait. Alors, il ramena le garçon chez lui. Il avait déjà eu trois fils qui étaient tous devenus suffisamment grand pour vivre de leurs propres ailes. Mais deux étaient morts dans cette guerre. Alors, il ne voulait pas que ce jeune adolescent qu'il venait de recueillir ne finisse de la même manière. Il tenta de l'éduquer et l'envoya à l'école. Zachary eut beaucoup de difficultés pour s'intégrer, du fait de son physique, mais également des nombreuses lacunes qu'il avait accumulées depuis qu'il avait fini à la rue, mais il tint bon. Par contre, ses problèmes de dépendance ne disparurent jamais, malgré les efforts de son tuteur et Zachary continua également à cauchemarder toutes les nuits sur ce qu'il avait vécues dans les rues.

Alors le vieux le força à voir un spécialiste qui lui fit commencer une cure de désintox. Mais le garçon résistait et la violence de son instinct animal se déchaînait quand il sentait les symptômes du manque l'atteindre. Cela l'obsédait, le carcajou en lui devenait enragé on l'on ne pouvait plus rien faire. Même le vieil homme et sa stature de grand chien robuste n'arrivait pas à la contrôler, ont dû l'envoyer dans un établissement spécialiser pour le sevrer de force. Cela marcha. À moitié. Mais il en ressortit plus docile, acceptant de prendre ses neuroleptiques qui l'aidaient à compenser le manque. Mais il en devint une épave. Au moins, le coke le tenait-elle alerte. Maintenant, c'était à peine si il réagissait quand on lui jetait un bouquin au coin de la gueule. Et ses cachets devinrent sa nouvelle drogue, même si aux heures les plus sombres, l'enfant craquait. Et par on ne savait quel moyen, arrivait à se procurer cette poudre blanche qui avait détruit son pays et se faisait un raye à s'en faire saigner les narines. Le vieux souffrait de le voir comme ça, même s'il savait que c'était pour son bien.

Quelques années passèrent et le jour vint où Zachary atteignit sa majorité. Il souhaita ainsi arrêter les études et s'engager à l'école de police pour suivre les traces de son tuteur, seul exemple d'honneur qui semblait tenir bon au milieu de cet enfer, mais son état le rendait inapte à cette profession. Et de toute façon, le vieux canidé refusa qu'il s'engage dans les forces de police. « Continue tes études, lui avait-il dit, fais ce dont tu as réellement envie et deviens quelqu'un. » L'homme avait amassé beaucoup d'économie malgré sa maigre retraite, mais il les avaient bien gardées, pour pouvoir ainsi les léguer à ce jeune homme perdu et lui payer des études décentes. Il lui donna donc tout ce qu'il avait pour qu'il puisse aller étudier dans une académie située bien loin de cet enfer qu'était la Colombie, sur une île située sur la côte ouest de l'Europe. Et devant la décision de cet homme qui avait été son exemple durant ces dernières années, le glouton n'avait pu oser se rebeller contre ces choix, qu'il savait pour son bien.

Il quitta donc la Colombie, sa terre natale pour une île anglaise. Le temps était bien différent de l'Amérique du Sud, plus froid, bien moins accueillant. Mais ici ce n'était pas en guerre et la tranquillité y régnait. Ce fut ce qui perturba le plus le mustélidé quand il débarqua. Lui qui n'avait vécu qu'entre le sifflement des balles, les hurlements et la cacophonie des habitants des bidonvilles, il se retrouvait maintenant dans le calme des rues piétonnes, en sûreté. Il mit beaucoup de temps à se faire à cet endroit, et même maintenant il y a encore des moments où il n'y est toujours pas habitué, s'attendant à ce que des coups de feu retentissent dans les rues par des tireurs embusqués et se méfiant toujours lorsqu'il devait passer derrière une voiture stationnée, de peur de finir avec un revolver sur la tempe. En Colombie, on se méfiait toujours de tout le monde alors on était toujours prêt à tirer sur le premier passant louche. Cela arrivait souvent avec les touristes, qui ne savaient pas trop dans quoi ils se foutaient et passaient en toute innocence derrière la voiture qu'il ne fallait pas Naturellement, ils n'étaient pas abattus, les narcotrafiquants n'étaient pas assez cons pour tuer des touristes occidentaux en pleine ville, mais ça leur foutait tout de même la trouille sur le coup, aux touristes.

Et voilà qu'il se retrouvait avec ces mêmes gens, qui dans son pays auraient pu être des touristes. Il n'arrivait pas à se faire à cet environnement. Ici, c'était lui le touriste. Un pauvre touriste défoncé aux médicaments, à qui la société tentait de donner une seconde chance, même si cela leur faisait pincer les lèvres d'offrir ça à des déchets tels que lui. Alors il fit ce qu'il avait toujours fait jusqu'à présent : survivre. Il continua ainsi ses études comme l'avait souhaité son tuteur et se découvrit une soudaine passion pour la chimie, ce qui le poussa à continuer dans ce domaine. Il ne put cependant pas avoir les compétences pour devenir un chercheur, mais il réussit à acquérir le statut de professeur dans cette matière, qu'il se mit à enseigner à cette même académie. Même si tout le monde n'était pas d'accord avec l'idée d'engager un cadavre de la guerre, tel que lui. Un ex-cocaïnomane alcoolique, maintenant dépendant et défoncé par ces mêmes médicaments qui luttaient contre sa dépendance.

Et si un cours dérapait ? S'il tuait un élève accidentellement en foirant un cours ? C'était un risque notable. D'où le fait qu'on ne lui donna jamais le statut de professeur confirmé et qu'il resta au rang de professeur stagiaire, sous la tutelle d'un professeur plus expérimenté que lui, malgré qu'il ait plusieurs années d'expériences derrière lui. Mais on ne disait rien. Le directeur de l'académie avait été généreux et lui avait donné une chance pour se réinsérer dans la société. Et puis, cela ne se faisait pas de cracher sur les pauvres types en réinsertion professionnelle, c'était mal vu. S'ils savaient que le carcajou faisait des rechutes de temps à autre… Ils s'en étoufferaient, ces bonnes gens. Et finalement, malgré qu'il ne put jamais réellement s'intégrer à ce nouveau monde, il continua d'y rester, errant telle une âme perdue, faisant ses cours sur des airs quelques peu distraits, puis traînant dans les rues et les bars une fois le travail terminé, pour pouvoir s'adonner à des activités lui permettant d'oublier son existence même.


Autre : À cause de ses médicaments, il est très souvent amorphe et doit régulièrement voir un psychiatre pour le suivre, autant pour ses problèmes de dépendance, que pour le syndrome post-traumatique dont il souffre.


Suppléments
 

Le code : Validé.
Ton pseudo : Kya-chan
Ton âge : 19 ans et demi
Notre découverte : Bwahaha ! Triple compte.
Ta présence : Tous les jours !
Ton avatar : Xanxus – Hitman Katekyo REBORN!!
Tes références : Vu, lu, téléchargé, piraté, acheté.
Un rajout : Ha ha ! Fesse.

un boulimique raté
avatar
Animal :
Race : Carcajou | Poids léger
Orientation : Bisexuel
Messages : 100
Localisation : DTC
Emploi/loisirs : Prof stagiaire de chimie (spécialiste en explosion de salle)
Humeur : A l'ouest

Carte d'identité
Dominance: Ambivalent
Taille: 1,94m
Poids: 79kg
Voir le profil de l'utilisateur http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t366-zachary-benedict-cole-marche-ou-creve http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t370-les-rencontres-d-une-epave http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t367-la-vie-est-un-long-fleuve-pollue
un boulimique raté
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Mai - 16:15
Un patient en plus pour Raph, un!
Je te valide. ~

♣ Tu es validé ♣

Va maintenant faire ta fiche de relations pour pouvoir faire plein de liens différents avec les autres membres du forum, ainsi que ta fiche de RPs pour que tu puisses tout de même savoir où tu en es dans tes aventures sur le forum ! Une demande de logement peut-être intéressante aussi, si tu veux avoir un petit chez toi et surtout... si tu n'es pas un étudiant et que tu en as les moyens~ Et pourquoi pas une demande de parrainage si tu es un kouhaï qui a besoin d'aide ou un sempaï qui veut proposer son aide ? Allez, va vite faire une demande de RP pour pouvoir découvrir de grandes aventures !

le Barman nommé Désir
avatar
Animal :
Race : Chien loup de Saarloos - moyen gabarit
Orientation : Bisexuel
Messages : 357
Localisation : Peut être derrière son bar ~
Emploi/loisirs : Barman
Humeur : Neutre

Carte d'identité
Dominance: Ambivalent
Taille: 1m90
Poids: Environ 92 kg
Voir le profil de l'utilisateur http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t18-raphael-j-wardeck-l-homme-qui-se-cache-derriere-son-bar http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t110-les-relations-inconnues-d-un-barman http://sexpistolsacademyv2.forumactif.org/t111-les-anecdotes-au-bar-du-canide
le Barman nommé Désir ♫




Badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sex Pistols Academy :: Gestion du personnage :: Fiche personnage :: Les poids plumes-